「この娘は俺が自殺させるんだ」「サタンよ、神の力を認めよ」なぜ人は“時代遅れ”の悪魔祓いを頼るのか フランスには現役エクソシストが100人以上…

重厚な石造のカトリック教会の地下室。蝋燭の光で照らされた白い壁を背に、僧服をまとった数人の神父が祈りを捧げる。神父の前には、うわごとを呟き視線の定まらない信者の姿がある。およそ1時間弱におよぶ儀式の最…

Fukushima : des victimes de cancers osent enfin demander justice

Elle avait 15 ans lorsque les bâtiments des trois réacteurs de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi ont explosé, le 11 mars 2011. Quatre ans plus tard, son médecin lui diagnostique un cancer de la thyroïde. Dans le cadre du suivi clinique mené par le département de Fukushima, tous les enfants mineurs de la région ont été placés sous surveillance médicale. Le scénario qu’elle redoutait tant devient réalité : « Je me suis dit que j’allais désormais faire l’objet de discriminations en tant qu’“i

フランスで「日本を特集する雑誌」が大人気になっている理由(柳下 雄太) @gendai_biz

2020年にフランスで創刊された雑誌「TEMPURA」。日本という国を扱った専門誌でありながら、発行部数5万部を誇るなど、一大人気コンテンツになっている。しかしなぜ、フランスで日本を取り上げる専門誌を立ち上げようと思ったのか。編集長に胸の内を聞いた。

Au Japon, la légalisation du mariage gay avance à pas comptés

Koyuki Higashi, activiste de 36 ans luttant pour les droits des LGBT, se souvient très bien de ce 5 novembre 2015. « La mairie de l’arrondissement de Shibuya (dans le centre-ville de Tokyo, NDLR), allait nous délivrer, pour la première fois dans le pays, un certificat d’union pour moi et ma compagne, raconte-t-elle. Je me rappelle toujours l’euphorie qui m’a saisie lorsque l’agent de la mairie m’a donné le papier. J’ai senti qu’enfin le monde bougeait dans le bon sens. » Higashi et sa compagne s

Au Japon, l’espoir suscité par les Jeux paralympiques

En cette mi-août, des centaines de personnes sont réunies dans un gymnase pour s’adonner à l’escalade à Iruma, ville au nord-ouest de Tokyo, bravant l’État d’urgence et surtout la pluie qui s’abat sur la région depuis quelques jours. Au milieu d’eux, un petit groupe de six personnes, portant tous le t-shirt barré du slogan : « No sight but on sight » (pas de vision mais en vue). L’une d’elles grimpe un mur de 15 mètres de haut à l’aide d’une corde, guidée par une autre personne qui lui donne des

Au Mémorial de la paix d’Hiroshima, « il faut raconter les histoires déchirantes des hibakushas

« Je suis né en 1946, peu après la fin de la guerre, mais le mot Hiroshima hante ma vie jusqu’à ce jour. Mon père, Akira Nagahara, était un hibakusha, comme on appelle “ceux qui ont subi l’explosion” en japonais. Il travaillait pour l’armée de terre à Hiroshima. Mon histoire est donc intimement liée à celle de ce parc. → JARDINS DE LA MÉMOIRE (2/5). « Les jardins de la paix à Craonne, un lieu de mémoire vivant » Après le bombardement du 6 août 1945, les rumeurs sur la situation catastrophique

Au Japon, la naissance de la première ligue professionnelle féminine de football

En ce 17 juin, des centaines de personnes sont réunies dans le stade de Kumagaya, à 70 km de Tokyo. L’équipe féminine locale de football affronte celle de la région de Nagano, à quelques semaines du lancement de la première ligue professionnelle féminine de football (We League), en septembre. « Ma fille de 10 ans veut rejoindre l’équipe de Kumagaya. On reviendra sûrement ici pour le match d’ouverture de la ligue, sa création est une formidable nouvelle », raconte, enthousiaste, une mère venue au

Tokyo 2021 : des Jeux olympiques à tout prix

« Indifférence dans le monde, opposition au Japon. »Après avoir dû, comme beaucoup, renoncer à prendre l’avion pour le Japon, le député Régis Juanico (Socialistes et apparentés), membre du groupe de travail sur Paris 2024, résume bien le drôle d’état d’esprit régnant sur la planète à la veille de l’ouverture des Jeux de Tokyo. Pékin 2008 avait affronté les menaces de boycott politique ; Londres 2012, provoqué une vague d’enthousiasme après la crise financière ; PyeongChang 2018, déclenché l’espo

Au Japon, les affres et les espoirs des personnes LGBT

Takako*, une professeure d’anglais de 39 ans vivant à Osaka, dans l’ouest du Japon fait partie de ces milliers de lesbiennes japonaises contraintes de cacher son orientation sexuelle. « Je disais à mes copines que j’étais avec un homme et non une femme. Et, afin d’éviter que mon orientation sexuelle ne soit divulguée, j’évitais de participer aux conversations sur le sujet », se rappelle-t-elle. En 2007, l’homosexualité relevait d’un « tabou absolu », raconte-t-elle. Les homosexuels étaient rail

Au Japon, la manifestation contre les violences sexuelles gagne du terrain

En ce jour d’avril, une cinquantaine de manifestants réunis devant la gare de Tokyo malgré le froid et la pandémie écoutent attentivement le discours d’Ikuko Ishida, victime d’agressions sexuelles de son ancien professeur dans un collège de la ville de Sapporo (nord du Japon). En 2019, plus de vingt ans après les faits, elle a intenté un procès contre celui-ci et la mairie de la ville. La justice a rejeté sa plainte, mais « le fait que j’ai été victime de violences sexuelles a été reconnu. Et mo

Le burn-out des fonctionnaires japonais

Une heure et demie du matin. Dans le quartier de Kasumigaseki, à Tokyo, qui regroupe la plupart des institutions du pays, d’interminables files de taxi entourent les bâtiments imposants des ministères. Ayant raté le dernier métro, des fonctionnaires marchent d’un pas lourd et s’engouffrent dans les voitures, qui disparaissent dans les profondeurs de la nuit. Cette scène illustre le quotidien des agents d’État au Japon. Bien qu’ils bénéficient d’un statut enviable, sans risque de chômage, leur v

Fukushima, un sauvetage sans fin

Aux abords de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi, les stigmates de la plus grave catastrophe nucléaire du XXIe siècle, survenue le 11 mars 2011, sont toujours visibles. Un vaste territoire de 337 km2 regroupant sept communes où vivaient un peu plus de 20 000 personnes, reste totalement interdit d’accès. La radioactivité autour de la centrale ralentit les travaux Dans les mois qui avaient suivi la catastrophe, jusqu’à 12 % du département de Fukushima, soit plus de 1 650 km2, avaient été bo

Au Japon, la précarité grandissante des jeunes travailleurs étrangers

Ambiance studieuse dans les locaux de l’association Tomoiki, en plein centre-ville de Tokyo. Les 30 jeunes vietnamiens hébergés là sont plongés dans la lecture de leur manuel de grammaire, baignés dans la faible lueur de décembre, en vue d’un examen imminent. Difficile d’imaginer à cet instant que la plupart sont victimes d’abus d’employeurs. Ils ont perdu travail et logement, n’ont nulle part où aller. Pris en charge par cette association de solidarité nippo-vietnamienne, ils étudient la langu

Yoshihide Suga, nouveau visage politique du Japon

Pour les Japonais, il s’agit de la confirmation d’une information largement éventée. Yoshihide Suga, ancien bras droit de Shinzo Abe, a remporté, lundi 14 septembre, l’élection à la présidence du Parti libéral-démocrate (PLD, droite, au pouvoir). Le parti détenant la majorité à la Diète (le parlement, NDLR), il sera nommé premier ministre ce mercredi 16 septembre. Un connaisseur des rouages du pouvoir Dès la démission de Shinzo Abe, le 28 août pour raison de santé, son successeur désormais off

À Tokyo, la gouverneure réélue grâce à sa politique contre le Covid-19

C’est la fin d’un suspense qui n’en était pas vraiment un. Vêtue d’une veste blanche élégante et tout sourire, Yuriko Koike, la gouverneure de Tokyo, est apparue devant les caméras dimanche 5 juillet au soir pour commenter son écrasante victoire. Candidate à sa propre succession et favorite dans les sondages, elle a remporté l’élection au poste de gouverneur de Tokyo avec 59 % des voix. → À LIRE. Coronavirus : l’Asie ne veut pas des touristes européens C’est en 2016 que cette ancienne ministre

Au pays du « jiko sekinin

Quand, en avril 2004, M. Imai Noriaki est pris en otage en Irak par un groupe armé, il ne s’imagine pas du tout qu’il va faire l’objet d’une campagne de dénonciation dans son propre pays. Marqué par les attentats du 11 septembre 2001, ce jeune garçon alors âgé de 18 ans a décidé de partir pour venir en aide aux enfants victimes de la seconde guerre du Golfe (2003-2011). Mais, dès son entrée dans le pays, il est enlevé avec deux autres Japonais par une vingtaine d’hommes armés — un groupe nommé «

Coronavirus : le Japon continue d’aller au travail malgré l’état d’urgence

Il est 8 h 15. Enveloppés pour l’écrasante majorité dans un costume noir, des milliers de Japonais passent machinalement les portiques du métro de la gare de Shinjuku, dans le centre-ville de Tokyo, avant de disparaître dans les rues pour aller au travail sous une pluie froide. → EN DIRECT. Coronavirus : les dernières infos en France et dans le monde Certes, les trains sont désormais loin d’être pleins à craquer comme en temps ordinaire, mais cette vue fait presque oublier que le pays est sous
Load More Articles